Nos actions et projets

Nos atouts: une maison, un jardin, une équipe solide

« Le jardin de Francine » c’est un jardin d’expérimentation.  Nous y pratiquons la culture sur sol vivant. Nous serons heureux de partager nos expériences avec vous au cours de nos portes ouvertes.  Nous encourageons un maximum de personnes à jardiner, en leur montrant ce qui est concrètement possible sur notre terrain. Nous pouvons même accompagner leurs débuts sur le leur. Découvrez notre conception du jardinage sur notre page « Jardins passions » et dans notre article « Pour quoi faire son jardin »  ainsi que les personnes qui, par leur exemple, nous ont permis d’avancer dans la conception de ce projet

Projets en chantier: une coopérative rassemblant des producteurs locaux.

Prise de contact avec les acteurs de terrains en vue de voir les personnes ressources dans la région. Comment en tant que consom’acteurs aider les jeunes producteurs qui s’installent trouver de nouveaux débouchés.  Comment promouvoir la production artisanale et locale? Est-ce possible de créer une coopérative sur le modèle de « Paysans-Artisans »? Comment créer et soutenir la Transition vers un mode de vie plus humain, plus solidaire, respectueux de toute forme de vie?

La fondation de Réfl’Actions

A l’origine du projet, une intuition, un rêve 

En tant que psychologue, je suis souvent confrontée à la souffrance de personnes qui ont moins besoin d’une thérapie que
• de rêves et de projets
• de repères pour voir plus clair dans leur situation présente, dans leur vie personnelle mais aussi familiale, sociale, économique… sans en chercher les causes lointaines (Pourquoi c’est ainsi) mais bien pour quoi elles veulent trouver des solutions et avancer.
• d’un tissu social, d’un réseau de relations pour réfléchir et agir ensemble, pour partager les connaissances, les passions, les rêves et projets… bref pour vivre, apprendre, transmettre, aimer – les 4 actions qui selon Covey donnent du sens à notre vie et augmentent notre satisfaction !
• d’opportunités de valoriser leurs compétences et de mettre leurs forces au service de leurs valeurs au sein de groupes de réflexion et d’actions

Je rêve qu’ensemble nous puissions
• nous donner les moyens de structurer le flot de connaissances contradictoires qui nous assaillent sans cesse
• de trouver les moyens d’agir qui respectent le mieux nos valeurs
• nous accepter et nous sentir acceptés en tant qu’être humain, avec nos qualités et nos défauts, nos compétences et nos limites
• faire de nos différences des complémentarités et des opportunités de créer
• trouver une place d’acteur là où nous sommes, ici et maintenant

Contexte culturel et socio-économique

Le manque de repères et d’idéaux sociaux porteurs et un flot d’informations contradictoires sèment de la confusion et des modes de réflexion dépressogènes.

« L’homme devient déprimé parce qu’il doit supporter l’illusion que tout lui est possible »(La fatigue d’être soi – Alain Ehrenberg). 

La psychologie positive scientifique et la neurobiologie démontrent les bénéfices très rapides des relations saines, d’une meilleure connaissance de la réalité humaine, des possibilités d’agir sur soi et sur son environnement et du contact avec la nature. Dès lors, je me suis demandé:

  • Comment utiliser ces connaissances pour donner au plus grand nombre les moyens de mieux traverser les inévitables crises existentielles de la vie dans un contexte de crise socio-économique ?
  • Comment faciliter l’acceptation de la réalité et l’engagement dans des actions concrètes au service des valeurs et d’un projet qui nous dépasse ?
  • Comment créer un milieu plus sécurisant et sécurisé pour encourager la (re)mise en action et en relation ?

Fondements et missions

Parce que le savoir change la vie, recueillons, structurons et  transmettons les connaissances (savoir, savoir-faire, savoir-être)

  • qui renforcent la connaissance de l’humain, de la nature et du monde dans lequel nous vivons: nature, économie, nouvelles alternatives…
  • qui développent la capacité
    • d’accepter la réalité de la vie,
    • de faire des choix
    • de prendre des décisions
    • de s’engager dans des actions concrètes personnelles et collectives en vue d’un monde plus juste, plus solidaire et d’une société plus respectueuse de l’humain et de la nature.

Parce que l’action réfléchie a le pouvoir de changer notre regard et notre vision de nous-mêmes et du monde, mettons à la portée de tous les moyens de développer des initiatives personnelles ou collectives qui permettent de (re)trouver des repères et une place d’acteur et de partenaire. Trop de personnes se sentent impuissantes et sombrent dans l’impuissance apprise qui conduit vers l’inactivité, le désespoir, la sur-consommation, la dépendance à l’alcool ou aux médicaments…. La terre est un outil merveilleux pour rendre à chacun un pouvoir sur sa vie. La production de nourriture saine et respectueuse de l’environnement donne un sentiment de sécurité et une fierté à chacun, producteur ou consommateur.

Pistes concrètes pour atteindre ces objectifs

2015! Réfl’Actions s’installe dans « Le jardin de Francine », une petite maison, entourée d’un jardin magnifique, au bord de la forêt! Un havre de paix, dans une région touristique et accueillante! De nouveaux projets naissent!

  • Un lieu pour se retrouver. Brefs séjours, week-end, seul, en couple ou en famille pour retrouver des repères psycho-philosophiques qui permettent de se remettre en action, en relation, de mieux communiquer, de mieux vivre avec soi et avec les autres.
  • Développer le jardinage dans les familles: moyen de retrouver un pouvoir sur sa vie, d’obtenir des résultats de ses actions, de développer du lien social et familial, de faire aimer les légumes aux enfants, de faire de l’activité physique et de bénéficier des bienfaits de la nature sur le moral.
    • Développer des nouvelles méthodes biologiques et permaculturelles : recueil des semences.., Masanobu Fukuoka, Eliot Coleman, Richard Wallner, Sepp Holzer…
    • Cultiver avec des jeunes les jardins à l’abandon de personnes plus âgées ?
    • Cultiver les parcelles de terre libres dans les écoles (contact avec la directrice de l’enseignement fondamental de l’Athénée Jean Rey de Couvin), atelier de jardinage pour enfants, ados et adultes dans le jardin de Francine
  • Aller vers les producteurs locaux (qui le plus souvent par manque de temps ne se déplacent pas dans les réunions) pour voir leurs besoins, leurs valeurs, leurs projets… et faire passer les informations de l’un à l’autre pour voir comment créer petit à petit un réseau de producteurs locaux complémentaires. Création d’un site sur le modèle de « Paysans artisans ». Susciter des vocations là où les besoins n’ont pas encore de réponse locale.
  • Nous avions aussi des projets qui malheureusement par manque de moyens, de temps et de collaborateurs n’ont pu voir le jour. Il s’agissait de la prévention de l’hyperactivité et du harcèlement scolaire.

    • Alimentation, intolérance aux phosphates : « La drogue cachée. Les phosphates alimentaires : cause de troubles du comportement, de difficultés scolaires et de délinquance juvénile » de Hertha Hafer
    • Education : comment faire de nos enfants des adultes autonomes, responsables, engagés et heureux.
    • Harcèlement scolaire: « La maison de papier » mise en scène par Karim Fattah est un bon départ pour créer un débat et réfléchir à l’évolution d’un groupe dans lequel s’introduit un « harceleur ».

Bénéficiaires

L’ASBL s’adresse à toute personne qui, quels que soit son origine, son âge, sa situation familiale, professionnelle et sociale est désireuse, à titre privé et/ou professionnel, de « Réfléchir sa vie pour mieux l’agir ».

« Work in progress » 

« En art, la locution « work in progress » est employée par un artiste qui désire présenter soit un projet, soit son œuvre pendant son exécution. En cinéma, un film peut aussi être projeté comme work in progress, c’est-à-dire que son réalisateur estime que le montage du film est à améliorer ou n’est pas terminé. » (Wikipeda)

Au sein de l’ASBL Réfl’Actions, nous avançons à tâtons, en tirant les leçons de nos essais et erreurs car nous voulons, tout en restant fidèles à nos objectifs, apporter les réponses les mieux adaptées à vos besoins.

Historique

  • Mai 2012, achat de la maison de la rue de Lhonneux à rafraîchir. Equipement des locaux permettant l’accueil de divers ateliers.
  • Août 2012: Rencontre d’Enrico, notre Misterweb.  Logo. Slogan: Une maison de vie pour se retrouver.
  • Septembre 2012, fondation de l’ASBL Réfl’Actions. Une petite dizaine de personnes ont des projets qu’ils ont envie de développer dans le cadre de l’ASBL.
  • 1er Novembre, mise en ligne du site www.refl-actions.org.
  • Les porteurs de projets restent fort isolés, pas d’esprit d’équipe quant à la diffusion des infos qui ne sont pas relayées par exemple sur les pages Facebook de chacun. Peu de participants.  Nombreuses activités annulées.
  • Echec des tentatives de constituer des équipes polyvalentes et pluridisciplinaires, porteuses de projets, constituées de personnes ayant des talents, des expériences de vie, des compétences et des titres divers.
  • Février 2014: suite aux difficultés de lancer un projet à Huy, ouverture d’une consultation à Couvin (Mariembourg et Cul-des-Sarts). Mai 2014: Suite à l’échec du projet à Huy, Marie-Berthe décide de revenir définitivement dans la région de Couvin. La maison de Huy est mise en vente.
  • Fin 2014, Marie-Berthe achète une maison, rue de la Huilerie à Brûly-de-Pesche. Elle l’aménage pour pouvoir y installer les locaux de l’ASBL et un appartement pour accueillir 4-5 personnes désireuses de se ressourcer ou de s’initier à la permaculture.
  • Début 2015,  Enrico de l’ AGENCE MISTERWEB qui a développé au fur et à mesure les compétences nécessaires pour construire, développer et entretenir nos trois sites propose la construction d’autres sites en activité complémentaire! Félicitations!
  • 2015: Evolution du « Jardin de Francine ». Les parcelles de potager sont cultivées sur sol vivant. On ne retourne plus la terre. Utilisation de couverture végétale. Création de buttes. Journée portes ouvertes le 4 octobre: panneaux didactiques, visites guidées… Notre but: motiver les visiteurs (plus de 100) à cultiver un bout de terre.
  • Rencontre de nombreux acteurs de terrains. Soutien des producteurs.