remise-en-formeRemise en forme

Les limites du sport

Lorsqu’on parle de remise en forme, on pense souvent fitness, salle de gymnastique, sport, jogging… Mais vous l’avez déjà sans doute remarqué, le sport, les sorties, le shopping… ne suffisent pas toujours à nous remettre en forme.

Ne faisons pas fausse route! Pour une remise en forme effective et durable, apprenons à reconnaître ce qui se passe en nous. Nos crises existentielles ou l’impuissance apprise dans laquelle nous sombrons peuvent avoir toutes les deux les mêmes symptômes qu’une dépression. Notre fatigue peut être  le signe de notre impuissance, de notre sidération, de notre décrochage progressif… Courir, faire du sport sont des activités qui nous aident à nous remettre en mouvement, à retrouver un pouvoir sur nos vie. Mais est-ce vraiment suffisant? Malgré tous nos efforts, malgré le sport, les antidépresseurs et parfois même malgré les thérapies notre mal-être, la fatigue et le sentiment de lourdeur reprennent souvent le dessus.

Et finalement, nous sommes fatigués de tout ce que nous devons faire pour nous maintenir en forme! Fatigués de s’occuper de soi! Et parfois de surcroît, cela débouche sur une fatigue de vivre…

Retrouver du sens, son bon sens

Fin du siècle dernier, Ehrenberg avait déjà intitulé un de ses livres la « fatigue d’être soi ». Ce qu’il y dénonce est plus vrai que jamais.  Nous n’en pouvons plus de nous centrer sur nous-mêmes, nos sensations, nos besoins et nos désirs… alors que tout autour de nous, tout semble s’effondrer. Tandis que bon nombre de thérapeutes nous invitent à vivre le présent, à calmer nos pensées, à arrêter de ruminer, le monde lui continue d’évoluer de plus en plus vite. Nous nous réveillons souvent devant une réalité qui nous effraie! Comment en est-on arrivé à là?

Un simple exemple d’actualité au moment où je réécris ce texte:

Alors que 159 personnes possédaient autant de richesse que la moitié de l’humanité en 2012, elles n’étaient plus que 92 en 2013, 81 en 2014, 62 en 2015 et…. 8 en 2016! 8 personnes possèdent à elles seules la moitié des richesses de l’humanité!

Dès lors, est-ce bien raisonnable de laisser aux politiques et aux « experts » le soin de construire notre avenir? N’y a-t-il pas une petite voix en nous qui nous « titille », qui tente de nous prévenir, de nous réveiller. Notre fatigue, notre besoin d’une bonne remise en forme n’est-il pas avant tout un besoin de retrouver du sens, de reprendre le contrôle de notre vie, une besoin de participer à la construction de demain?

Nous sommes des être sociaux, interdépendants

En effet, nous avons des neurones miroirs qui nous permettent de sentir ce que l’autre ressent. Mais que faire de cette capacité d’empathie lorsque nous sommes confrontés à des images violentes sans aucun pouvoir d’agir?  Bien que nous soyons « construits » pour vivre en interdépendance, nous devons sans cesse nous protéger, fermer nos yeux, nos oreilles! Pour survivre dans un monde où la violence monte, nous devons nous couper de nos émotions. Bien que nous ayons besoin des autres, nous finissons par nous replier sur nous-mêmes. Au lieu de nous protéger les uns les autres comme nous serions naturellement poussés à le faire, nous nous protégeons les uns des autres.

Une place d’acteur et de partenaire

Tout compte fait,  nous avons besoin pour retrouver le bonheur – ou tout au moins un minimum de sérénité – de vivre selon nos valeurs, d’avoir des objectifs, de nous donner une mission pour participer activement à la création du monde de demain. Nous avons aussi besoin de retrouver une place d’acteur et de partenaire!

Une vraie remise en forme passe par la « construction » d’une vie qui, selon la théorie du bonheur de Martin Seligman sera

  • AGREABLE – remplie d’émotions positives relatives au passé, au présent et au futur;
  • BONNE – les forces personnelles procurent des gratifications dans les principaux domaines de la vie;
  • PLEINE DE SENS – les forces personnelles sont mises au service de quelque chose de plus grand que soi.

Les bienfaits du jardinage

Le jardinage est une activité intéressante à différents points de vue, c’est pourquoi nous lui donnons tant d’importance dans les projets que nous développons. Le jardin améliore notre santé physique et mentale, nos liens familiaux quand nous partageons ensemble des activités de semis, d’entretien et de récolte. Il nous fournit une alimentation saine et il permet de tisser des liens dans les quartiers, dans les villages…

On ne jardine pas que pour soi, pour son plaisir, sa santé ou sa forme, même si le jardinage donne tout cela, c’est en surplus. Quand on jardine, on voit immédiatement un résultat! Vous désherbez une ligne, vous semez, vous récoltez… vous retrouvez un pouvoir sur le monde extérieur! C’est un puissant remède contre l’impuissance apprise! Et en même temps, c’est aussi une belle leçon d’humilité dans la mesure où nous acceptons de ne pas être tout puissants. Car dans cette activité, nous sommes soumis aux lois de la nature!

Par ailleurs, produire son alimentation, créer des circuits courts, encourager les producteurs locaux nous permet de retrouver non seulement le sens du collectif, de la communauté mais aussi un sentiment de sécurité. En effet, ensemble, nous nous sentons capables de garantir la satisfaction de nos besoins primaires. Ne plus être dépendants de lointaines sociétés multinationales apaise nos angoisse et nous donne de l’énergie. Enfin, nous sortons de l’impuissance! Nous nous sentons vivons.

Nous sommes en train de créer un réseau de jardiniers et maraîchers, amateurs ou confirmés pour réfléchir ensemble à la création de circuits courts pour augmenter notre autonomie alimentaire dans la région,

Face aux inévitables crises de la vie

Vous êtes découragé, au bout du rouleau ? Une fois de plus vous n’en pouvez plus ? Vous avez l’impression d’être dans un tunnel, de ne pas en voir le bout ? Vos questions, vos pourquoi, vos comment troublent votre somment? Les conseils et les interprétations contradictoires que vous recevez vous embrouillent? Vous ne savez où donner de la tête, ni quoi décider ?

Ne restez pas seul ! Ce que vous traversez n’est pas une maladie ! C’est normal ! Il y a des moments dans la vie où plus rien ne va. Tous, nous traversons des crises plus ou moins fortes desquelles nous pouvons sortir grandis, plus forts, et surtout plus en phase avec la réalité. N’attendez pas d’être trop bas pour chercher de l’aide ! Pour un prix très abordable, un bilan avec Marie-Berthe Ranwet vous permettra de rebondir et d’aller de l’avant après une seule séance! Et si vous avez du temps, pourquoi pas un séjour de quelques jours...