Cuisiner sain et local, toujours possible?

Cuisiner sain et local, toujours possible?

Pour manger sain et local, on peut cultiver soi-même ses fruits et légumes. Mais ce n’est pas suffisant! Nous ne pouvons pas vivre en autarcie. Nous avons besoin de producteurs locaux.

Produire nous-mêmes

Au cours de notre action du 17 avril,  nous vous encouragions à faire un potager en vous proposant des graines et des plants ainsi que quelques « trucs » pour débuter avec facilité. Vous avez été nombreux à nous dire que vous essayeriez.

Vous avez un potager, une cour? Pourquoi ne pas cultiver des comestibles sur un bout de pelouse ou créer des bacs? Parmi les comestibles, il y en a de très belles et très bonnes qui vous surprendront vous et vos proches…

Pour commencer à cultiver sur une pelouse, il suffit de poser sur votre pelouse tondue des cartons bruns sans (trop) d’encre ni de plastique. Vous faites un trou dans  le sol à travers le carton pour repiquer vos plants de courgettes, de potirons, de salades… vos graines de haricots qui grimperont éventuellement contre votre clôture… Vous pouvez aussi poser des petites pommes de terre qui commencent à germer sur la pelouse, les recouvrir d’un peu de terre ou compost si vous en avez et puis de les recouvrir petit à petit de tonte de gazon que vous aurez laissé sécher un peu pour ne pas qu’elle chauffe trop… Vous buttez vos pommes de terre au fur et à mesure avec vos tontes… et le moment venu, vous n’avez plus qu’à les ramasser. L’expérience vous tente? Regardez la vidéo ici.

Produire vos propres légumes, vos petits fruits, vos fleurs comestibles vous permettra non seulement de cuisiner sain et local mais aussi de goûter de nouvelles saveurs, d’étonner vos convives, d’encourager vos enfants à manger l’alimentation qu’ils auront produite…

Trouver des producteurs de confiance dans notre environnement

Nous sommes de plus en plus nombreux à rechercher une alimentation variée, goûteuse, produite par des personnes responsables qui cherchent la qualité des produits avant le profit à tout prix. Les restaurateurs sont aussi à la recherche de produits qui leur permettent de cuisiner sain et local.

Cela devient de plus en plus accessible à tout un chacun. En effet, des coopératives à finalité sociale naissent un peu partout comme les Paysans Artisans à Floreffe, Le Cellier de la Haute Sambre à Lobbes, la Grenilette à Florennes. Des magasins de produits locaux comme la Cop à Ferrière… ou des magasins de produits bios belges dans la mesure du possible chez les producteurs comme le magasin de Dominique Hoyas et Marie-Louise à Olloy.

Planter des comestibles sur les lieux publics

Connaissez-vous les incroyables comestibles? « Incredible Edible » en anglais! C’est un mouvement qui a débuté en 2008 dans la ville de Todmorden en Angleterre. Voici un reportage de France3 qui explique comment cultiver sur un terrain accessible à tous des comestibles qui peuvent être cueillis par tous? Pourquoi pas remplacer nos bacs à fleurs communaux? Mettre des arbustes de petits fruitiers un peu partout dans nos rues… Et pourquoi pas le faire ensemble comme dans ce village espagnol? Voyez ici l’abondance partagée en Espagne et ici on voit comment la ville de Lausanne encourage ce mouvement né en Angleterre en soutenant un groupement de 200 personnes et en incluant les écoles ! Vous voulez lancer le mouvement dans votre quartier? Voyez la méthode en 5 étapes sur le site français des incroyables comestibles ici et le site belge ici. Petit reportage sur l’expérience à Sautour ici

Le but de ce mouvement est d’encourager les personnes à produire, à goûter, à cuisiner sain et local. Les producteurs locaux sont souvent associés à ces initiatives.

Comment trouver une terre à cultiver?

Depuis longtemps, les paysans du Sud se battent pour un accès à la terre…. Nombreux sont ceux qui sont assassinés dans ce combat. Depuis l’assassinat de 19 brésiliens au cours d’une marche pacifique le 17/4/1996, une journée internationale a d’ailleurs été dédiée aux « Luttes paysannes ».

Cela nous semble bien loin et nous laisse souvent indifférents et pourtant… nous sommes concernés

Or, il est temps de défendre nos terres agricoles si nous voulons pouvoir encore espérer garder notre souveraineté alimentaire!

En France, une mystérieuse société chinoise vient d’acheter 1700 hectares de terres agricoles dans le Berry, dans l’Indre! On ne connaît pas ses intentions. Savez-vous que tous les mois, la Belgique perd l’équivalent de plusieurs terrains de football de terres agricoles? Savez-vous que chez nous les terres atteignent des prix exorbitants à un point tel que la transmission d’une entreprise agricole devient difficile? Et plus la terre vaut de l’or, plus elle devient refuge! Des personnes riches non seulement achètent les terres pour faire un bon placement mais elles les cultivent aussi en leur nom en engageant des entrepreneurs et elles encaissent bien évidemment tous les subsides et les aides…

Bref, c’est de plus en plus impossible pour un jeune de s’installer. L’association « Terre en Vue » facilite l’accès à la terre pour ceux qui veulent s’engager dans une agriculture durable. C’est une coopérative et vous pouvez devenir contributeur. Plus d’infos ICI

Au cours de notre action du 17 avril sur la brocante de Couvin, nous avons entendu un témoignage troublant. Un jeune couple de Viroinval recevait les légumes d’un oncle qui cultivait un bout de terrain de la commune. Après le décès de l’oncle, ils ont voulu reprendre ce terrain pour continuer à le cultiver… Impossible, il est en zone « Natura 2000 ». Certes les communes de la région mettent un jardin collectif à la disposition de tous et invitent ceux qui veulent cultiver à prendre une parcelle sur ces terrains collectifs… où il faut bien souvent se rendre en voiture.

Cultiver chez soi ou une parcelle à soi, c’est aussi plus familial. C’est plus facile d’y associer les enfants, les amis, toute la famille.

Pour continuer votre lecture

Vous avez d’autres exemples d’initiatives intéressantes?

N’hésitez pas à les partager!

Et pour diffuser largement ce genre de réfl’actions

Vous pouvez partager cet article par mail ou sur les réseaux sociaux…

 

A propos de l'auteur:

Marie-Berthe Ranwet

Régente en mathématique, licenciée en psycho-pédagogie, sophrologue, auteur de « Victimes d’amour : Après tout ce que j’ai fait pour toi », paru chez Mardaga et de « Stop à l'ingratitude des enfants, conjoints, amis... et à la nôtre ". Pour acheter ce dernier, il suffit de verser 18€50 sur le compte de l'ASBL Réfl'Actions BE70 6528 2741 4025 - Bic: HBKA BE22 avec en communication l'adresse complète de livraison. Vous pouvez aussi soutenir ce site en versant la somme de votre choix sur ce même compte.

Laisser un commentaire

elit. pulvinar libero. consequat. Praesent neque. accumsan id ut ipsum eget Praesent