Nos rancunes vont-elles nous gâcher la vie?

  • Nos vieilles rancunes vont-elles nous gâcher les fêtes ?

Nos vieilles rancunes vont-elles nous gâcher la vie?

La rancune, vous connaissez! Elle vous fait fuir des proches parce que vous leur en voulez, vous ne pouvez plus les sentir! C’est elle qui motive votre rejet par un proche ou un groupe familial ou d’amis et vous laisse démuni et sans pouvoir seul dans votre coin.

Petites vexations ou plus ou moins grandes blessures créent des rancunes et ressentiments qui sont souvent réactivés au moment des fêtes. Noël,  anniversaires, communions, rassemblements familiaux autour d’un barbecue… ne sont plus vraiment des fêtes lorsque les rancunes deviennent tenaces. Ces dernières isolent et font éclater des familles, des groupes d’amis.

Leurs « bonnes » raisons de ruminer le passé

« J’en veux terriblement au père de mes enfants », dit Elise. « Toutes ses trahisons qui ont fait que j’ai décidé de le quitter il y a 5 ans hantent toujours mes jours et mes nuits: je rêve de me venger. Cela me fait mal de voir Noël arriver. Je n’en peux plus de voir ma famille éclatée par sa faute. » Elise n’a pas tourné la page. Elle ne veut pas la tourner: ‘Il aurait bien trop de chance! S’en sortir indemne, après m’avoir brisée comme il l’a fait, ce serait trop facile! Il doit se rendre compte, il doit payer ».

Annick a peur de voir arriver les fêtes. Ses parents lui en ont fait voir de toutes les couleurs depuis qu’elle est née. Elle ne supporte plus les réunions familiales où chacun fait comme si de rien n’était. Elle les accuse d’être responsables du fait qu’elle est là où elle est aujourd’hui. « Je ne suis nulle part! Après tout ce qu’ils m’ont fait vivre, je n’ai pas assez d’estime de moi, ni de confiance en moi. J’échoue dans tout ce que j’entreprends. »

Quant à Eric, il a perdu sa place parce que son patron va placer le fils d’un ami. Il s’est toujours dévoué pour l’entreprise, malgré la précarité de ses contrats. Il a donné le maximum. Mais au final, ses compétences n’ont pas joué, ses efforts ont été vains. « A quoi bon me battre s’il suffit d’être le fils de…? C’est complètement injuste ».

Qu’est-ce qui empêche de tourner la page?

Notre rebellion! « Ce n’est pas possible! Il faut qu’il comprenne! » Nous n’acceptons pas qu’il en soit ainsi!

Pour tourner la page, il faudrait accepter la réalité telle qu’elle est, la blessure, les frustrations et la tristesse qui les accompagne. Lâcher nos rancunes, c’est être confronté à notre tristesse! C’est accepter de la traverser, de lui laisser faire son travail « de deuil », de renoncement. La tristesse nous invite à nous isoler le temps que notre vision du monde, des autres et de nous-mêmes se transforme pour mieux coller à la réalité. C’est un passage obligé pour pouvoir continuer à vivre, à agir, à décider en tenant compte des faits, des situations, de ce que nous sommes, de ce que les autres sont! Nous ne pouvons pas changer les autres! Nous ne contrôlons pas tout!

Mais je sais que c’est plus facile à écrire qu’à faire! Quand nos rêves s’écroulent, quand on subit des dommages et qu’on est victime des choix et agissements d’autres, cela fait mal, très mal. Difficile d’accepter qu’un enfant ne nous parle plus parce qu’il est sous emprise d’un conjoint ou d’un groupe d’amis! Difficile d’accepter un parent qui préfère continuer à boire plutôt que de voir ses petits-enfants! Comment passer au-dessus du fait qu’un frère ou une soeur a abusé de notre confiance et a pris notre part d’héritage? Ou qu’un patron qui nous a licencié injustement?

Un cercle vicieux dont vous êtes la première victime!

Mais cependant, en ruminant, nous nous installons dans un cercle vicieux. Nous ne pouvons plus vivre pleinement le moment présent, ce n’est pas de notre faute, c’est à cause de tout ce qu’on nous a fait subir. Cette interprétation nous maintient dans l’impuissance à agir et à reprendre notre vie en main… Nous nous accrochons désespérément à un moment passé, en refusant de nous laisser emporter par le courant de la vie vers d’autres horizons. Sans nous en rendre compte, nous nous enfermons et nous nous empêchons de vivre d’autres expériences et de prendre de nouveaux chemins.

Et vous, que faites-vous de vos colères et frustrations passées? Allez-vous continuer à les ruminer et à en rester prisonnier? Ou allez-vous choisir de les abandonner?

Un pas plus loin!

Besoin d’aide pour avancer mais pas envie d’une longue thérapie? Voyez un comment se déroule une thérapie avec moi et les Tarifs.

Cet article vous a plu et vous a été utile? Aidez-nous à diffuser le savoir qui change la vie! Envoyez le lien à vos amis et partagez-le sur les réseaux sociaux!

Etes-vous déjà fan de notre page facebook ?

Nous attendons aussi vos commentaires et témoignages.

A propos de l'auteur:

Marie-Berthe Ranwet

Régente en mathématique, licenciée en psycho-pédagogie, sophrologue, auteur de « Victimes d’amour : Après tout ce que j’ai fait pour toi », paru chez Mardaga et de « Stop à l'ingratitude des enfants, conjoints, amis... et à la nôtre ". Pour acheter ce dernier, il suffit de verser 18€50 sur le compte de l'ASBL Réfl'Actions BE70 6528 2741 4025 - Bic: HBKA BE22 avec en communication l'adresse complète de livraison. Vous pouvez aussi soutenir ce site en versant la somme de votre choix sur ce même compte.

Laisser un commentaire

leo. Sed mattis leo Praesent elit. mi, sit justo in adipiscing