Le harcèlement scolaire: ne fermons pas les yeux

  • Harcelement scolaire

Le harcèlement scolaire: ne fermons pas les yeux

Le harcèlement scolaire est un véritable fléau qui semble prendre de plus en plus d’ampleur, sur les réseaux sociaux mais aussi dans les cours de récréation et dans les classes.

Le harcèlement détruit l’ambiance d’une classe, d’une école… et brise la vie de nombreux jeunes qui, harceleurs aussi bien que spectateurs ou harcelés, ne seront plus jamais après comme avant. Il est primordial de mettre en place des mesures fermes pour améliorer le climat scolaire et prévenir le harcèlement.

Le harceleur étend son pouvoir

Nous connaissons tous le phénomène. Qui n’a pas été victime ou agresseur ou ne fût-ce que simple spectateur dans sa jeunesse?

De quoi s’agit-il ? Un jeune est stigmatisé. Un élève trop modèle, en surpoids, d’une autre nationalité, avec un handicap ou simplement plus introverti est choisi par un harceleur et son groupe de copains comme cible. Le harceleur installe son pouvoir et la terreur en montrant de quoi il est capable avec sa victime. Les témoins, soulagés de ne pas être ciblés et désarçonnés par tant de cruauté veulent ignorer ce qui se passe. Ils se taisent ou parfois rient. Le silence et ce rire spontané, parfois nerveux ou de soumission, encouragent le harceleur et donnent tout son sens à son action. Il règne en maître ! Il étend son pouvoir.

Le harcelé se tait

Sous les menaces, par peur des représailles, peur que ce soit pire encore s’il en parle, le harcelé est honteux. C’est parfois tellement « gros » ce qu’il subit, qu’il a peur de ne pas être cru. Il doute parfois de ses propres sensations, prend de la distance comme si c’était un autre qui recevait coups et insultes.

De même que les adultes harcelés, l’enfant ou l’ado harcelé se tait. Il mange moins, sourit moins. Ses professeurs le trouvent renfermé, non concentré, absent. Ils sont souvent impuissants à le faire réagir, à le motiver. Ses résultats se détériorent. Seul son changement de comportement peut attirer l’attention et interpeller le corps enseignant. Mais parfois, si l’enfant est harcelé dès son arrivée dans une nouvelle école, les professeurs ne l’ont jamais vu autrement que timide et renfermé.

La réaction des enseignants

Devant le harcèlement, certains professeurs ferment les yeux. Confrontés à la soumission et à la passivité du jeune harcelé, ils lui font aussi parfois des remarques qui s’ajoutent aux supplices que l’enfant subit quotidiennement. Ce qui se passe devant leurs yeux réveille ce qu’ils ont eux-mêmes vécu en étant enfant ou adolescent. Qu’ils aient été harcelés ou simple témoin passif, qui n’a pas été touché par la cruauté de certains comportements? Ceux qui l’ont subi continuent à ressentir cette impuissance qu’ils ont apprise étant enfant alors qu’aujourd’hui, en tant qu’adulte, ils pourraient agir. Quant à ceux qui ont été eux-mêmes dans le camp des harceleurs, ils retrouvent vite leur position et la soif de pouvoir face à ces proies faciles. Ils ne se privent pas de faire des remarques parfois humiliantes, sans en être pleinement conscients ! Ils ont plus d’affinités avec les « durs » ou les « humoristes » avec lesquels ils créent sans s’en rendre compte une forme d’alliance.

L’incompréhension et l’impuissance des parents

Lorsque les professeurs décrivent les comportements de l’enfant harcelé aux parents, ces derniers ne comprennent pas. A la maison, il est en général tout différent, du moins si le harcèlement vient de commencer. C’est un enfant qui peut rire, jouer, s’amuser, s’intéresser à beaucoup de choses, avoir envie d’apprendre ! Un enfant parfois introverti mais sociable, souriant, qui trouve sa place dans la famille élargie ou le groupe d’amis. Cependant, si le harcèlement dure depuis un petit temps, les parents perçoivent également un changement. Ils posent des questions que l’enfant évite. Et s’ils insistent, l’enfant se referme et s’enferme… Il refuse le dialogue. Les parents mettent alors parfois son malaise sur le compte de l’adolescence s’il est dans cette phase ou s’il est prêt à y entrer et ils attendent que cela se passe. Impuissants, ils constatent que la situation s’empire.

Pourquoi l’enfant ou l’adolescent harcelé n’en parle-t-il pas à la maison ?

Les raisons sont multiples. Nous avons parlé de la honte, de sa volonté de mettre cela en dehors de lui. Il y a aussi la peur que ses parents ne prennent les choses en main, qu’ils parlent, qu’ils aillent trouver le harceleur ou la direction… Certains ont entendu un de leurs parents dire des choses telles que « Si quelqu’un touche à mon enfant, je le tue »… Il a peur des représailles si le parent intervient. Et puis, en parler, ne serait-ce pas décevoir ses parents, ternir l’image qu’ils ont de lui, les contrarier ? Comment ces derniers pourraient-ils encore aimer celui qu’il perçoit quand il se regarde dans les yeux de ses bourreaux ? Parfois, l’enfant sent également qu’il va réveiller d’anciennes blessures chez ses parents. Il sent leur fragilité. Eux-mêmes ont souvent connu le harcèlement à l’école. En effet, on sait aujourd’hui que les enfants de personnes qui ont été harcelées sont plus souvent victimes de harcèlement tandis que les enfants de harceleurs deviennent souvent des harceleurs!

Comment le harcelé s’adapte-t-il à cette situation?

Le harcèlement fait des dégâts énormes sur la psychologie du harcelé – qu’il soit enfant ou adulte d’ailleurs. Tous, nous avons un jour eu affaire à un copain ou un « plus grand » qui nous a fait du tort. 10 ans, 40 ans, 70 ans après, on se souvient de la personne qui nous a régulièrement demandé de l’argent sans nous le rendre et même de la somme exacte qu’il nous doit. On se rappelle comme si c’était hier le nom et le visage de celui qui nous a insultés, qui s’est moqué, même si cela n’était qu’occasionnel. Imaginez l’enfant qui subit cela systématiquement pendant des mois, des années ! Comment surmontent-ils cette épreuve ?

Certains traversent cette période en se durcissant. Ils se coupent de ce qu’ils ressentent et se projettent dans l’avenir. Ils imaginent comment ils prendront leur revanche, comme vous le verrez dans la vidéo dont je mets le lien ci-dessous. Ils réussissent alors souvent de brillantes carrières.

D’autres assimilent le fait qu’ils sont nuls, malvenus, incapables de s’adapter dans la société. Ils se renferment, deviennent asociaux, trouvent parfois des activités ou des passions auxquelles ils s’adonnent en solitaire. Certains tombent dans le désespoir et ne voient pas d’issue… Il y a alors un risque de suicide.

Le harcèlement scolaire – comme toute forme de harcèlement d’ailleurs – doit être réprimé le plus rapidement possible. Comment le prévenir ? Grâce à la Wartoise, sous la supervision de Bruno Humbeeck, de plus en plus d’outils sont proposés dans les écoles de notre région. Vous trouverez un résumé de la conférence de Bruno Humbeeck (25/8/2015 à Couvin) ICI.

Réfl’actions vous propose une approche globale, en partant de la pièce « La maison de carton » de Anne-Sophie Nédélec. En effet, lorsque j’ai vu pour la première fois une représentation de cette pièce mise en scène par Karim Fattah et jouée par « Amis Parcours » à Couvin, j’ai été frappée par les liens possibles avec toutes les formes de violence interpersonnelle et notamment le harcèlement scolaire! Cette pièce montre l’évolution d’un groupe d’amis en Autriche en 1939. Parmi eux, on trouve Judith, juive et Rosa « un quart » juive par un de ses grands parents, deux jeunes filles pleines de joie de vivre et de projets. L’arrivée de Karl et de sa sœur Greta va bouleverser leurs repères, leurs relations et leur destin !

Des doutes, des questions?

Votre enfant souffre. Vous ne savez plus quoi faire? Je le rencontre avec vous pour un bilan.

A voir

La chanson des geeks qui promettent de prendre leur revanche.

Le stéréotype de l’intello, du premier de classe, élève modèle à lunettes serait plutôt appelé aujourd’hui un geek ou un nerd. Un geek est une personne passionnée par un ou deux domaines précis: cinéma,  jeux vidéo, nouvelles technologie, informatique, sciences… Le nerd est une personne passionnée et solitaire, obnubilée par des sujets liés aux sciences, aux techniques ou à d’autres sujets auxquels les autres de manière générale accordent peu d’attention.

Quelques vidéos qui donnent des pistes pour agir contre le harcèlement.

Ne fermons pas les yeux

On parle surtout des conséquences du harcèlement sur le harcelé mais n’oublions pas que si on ne lui met par rapidement des limites claires et fermes le harceleur lui-même devient victime du mécanisme du harcèlement. Les témoins également apprennent l’impuissance… et ne sauront peut-être plus agir dans des situations où ils le pourraient, comme vous pourrez le voir sur les vidéos à la suite de la suite de l’article dont voici le lien.

https://www.psy-efficace.be/depression-ou-impuissance-apprise/

A propos de l'auteur:

Marie-Berthe Ranwet

Régente en mathématique, licenciée en psycho-pédagogie, psychologue clinicienne, sophrologue, auteur de « Victimes d’amour : Après tout ce que j’ai fait pour toi », paru chez Mardaga et de « Stop à l'ingratitude des enfants, conjoints, amis... et à la nôtre ". Pour acheter ce dernier, il suffit de verser 18€50 sur le compte de l'ASBL Réfl'Actions BE70 6528 2741 4025 - Bic: HBKA BE22 avec en communication l'adresse complète de livraison. Vous pouvez aussi soutenir ce site en versant la somme de votre choix sur ce même compte.

Laisser un commentaire