Des enfants calmes et attentifs

  • Atelier de cuisine sophrologie

Des enfants calmes et attentifs

Des enfants calmes et attentifs, n’est-ce pas le rêve de tous les parents? N’est-ce pas aussi une  voie de bonheur pour les enfants!

Comment apprendre à nos enfants à être heureux, ici et maintenant? Comment les aider à découvrir une certaine sérénité? Les recherches récentes en psychologie et en neuro-sciences nous donnent les « secrets » des gens qui se sentent et se disent heureux.  Elles nous apprennent que nos enfants peuvent améliorer leur sentiment de bien-être, sans pour cela devoir consommer. Il y a d’autres moyens que l’accumulation d’objets, des moyens plus efficaces qui apportent un bonheur plus durable. Selon certaines études, les adultes heureux ont eu une enfance ni plus protégée, ni plus facile que les autres. Ce sont les enfants qui ont eu des charges et qui ont appris à être reconnaissant qui deviennent les adultes les plus heureux, et ce, quels que soient les traumatismes subis!

Que faites-vous quand vous avez du temps à passer avec vos enfants, pendant les week-end ou les vacances? Vous mettez-vous à leur disposition pour qu’ils puissent se servir de vous comme chauffeur, partenaire de jeu, cuisinier… ou les faites-vous participer à votre vie d’adulte? Ce sont deux manières diamétralement opposées de se positionner par rapport à eux, et que l’on peut adopter pour une même activité, la cuisine, par exemple.

Cuisiner, c’est créer à partir de provisions

Lorsque vous cuisinez avec vos enfants, faut-il absolument que ce soit avec des recettes et des ingrédients spécifiques pour eux? Non, pas nécessairement! Que du contraire! Mettez-les face à la réalité de tous les jours! Rares sont les mamans et les papas qui suivent une recette à la lettre! Le plus souvent, ils s’adaptent à ce qui est dans les armoires et dans le frigo.

Au cours d’un stage organisé dans l’ASBL, nous avons constaté avec quel plaisir les enfants ont fait une soupe en choisissant eux-mêmes les légumes et les proportions… En rentrant le soir, quelques-uns d’entre eux ont refait une soupe avec les légumes qu’ils ont trouvé à la maison. C’est important qu’ils apprennent à improviser avec ce qu’ils trouvent. Vous pouvez leur montrer comment chercher les informations de base dont ils ont besoin (lire quelques recettes sur internet ou feuilleter vo livres par exemple) et puis, à partir des ingrédients qu’ils peuvent trouver, laissez-les confectionner leur propre variante de la recette.

Apprenez-leur des choses simples: potages, salades, crudités en bâtonnets avec une sauce, pains garnis de différentes choses et puis de fromage et passés au four… Ils seront fiers très jeunes de prendre en charge un repas familial lorsque vous n’avez pas le temps de le faire. Ils se sentiront importants et heureux de contribuer de façon concrète et active à  la vie familiale.

Cuisiner, c’est aussi faire la vaisselle et ranger

N’oubliez pas de leur apprendre à ranger la cuisine, à faire la vaisselle des ustensiles… comme les « grands »! Mettez-les dans la vraie vie! Ne soyez pas leur jouet ou leur « petite main » qui ferait tout ce qu’ils n’aiment pas de faire!

Cuisiner, c’est vivre pleinement le moment présent

Cuisiner ensemble, c’est l’occasion d’une découverte des sens, du goût, de l’odorat… Le plaisir de toucher, sentir, déguster, malaxer, assembler, décorer, créer, inventer, oser…. est plus intense si l’on est présent à ce qui se passe, à ce qu’on fait. Quelques petites phrases ou remarques permettent à l’enfant de développer cette présence, cette plus grande conscience de ce qu’il est en train de faire. « As-tu remarqué l’odeur du poireau? La consistance du chou?

Cuisiner pour du vrai, comme les grands, c’est une mise en situation extraordinaire! Tous les sens sont en éveil. Il faut pouvoir se contrôler et reporter le plaisir de manger à plus tard. S’ouvrir à ce qu’on ressent, à ce que l’on vit! Mais aussi s’ouvrir à ce que l’autre vit et ressent!   Se réunir autour d’une table ou d’un plan de travail pour des activités communes et complémentaires permet le dialogue et la mise en mots de ce qui est en train de se passer et de trouver des solutions gagnant-gagnant?

L’enfant est heureux d’apprendre à gérer ses émotions. Il apprécie les sensations agréables qu’il ressent lorsqu’il parvient à centrer son attention sur le moment présent. Il aime se rendre utile, avoir une place d’acteur, de partenaire, être reconnu pour sa contribution active.

Cuisiner ensemble

Cuisiner ensemble, créer une recette à partir d’un panier de provisions et de quelques recettes, c’est échanger, écouter, s’entraider, coopérer, être attentif, suivre une procédure, oser interpréter, découvrir des trucs et astuces… C’est parfois être confronté à des frustrations, des rivalités, de l’agressivité, la sienne ou celle des autres. C’est apprendre à prendre sa place sans prendre toute la place. C’est apprécier les bénéfices d’une attitude posée et réfléchie… C’est apprendre les plaisirs du travail en équipe et la richesse de nos différences.

Cuisiner ensemble, c’est aussi prendre conscience du pouvoir que l’on a sur la matière, en voyant directement les effets de ses actions: sentir son pouvoir, mais aussi les limites concrètes de ce pouvoir, apprendre à gérer les frustrations dues à ces limites.

Enfin, on ne mange plus de la même façon ce qui a été préparé par l’autre quand on a soi-même déjà cuisiné! On se rend compte du travail qui a été fait, du temps et de l’attention que chaque plat à demandé… avant d’être avalé en quelques minutes! Lorsqu’on a soi-même expérimenté le plaisir de voir quelqu’un qui s’intéresse au plat que l’on a préparé et qui le déguste avec attention, on peut plus facilement faire ce cadeau aux autres quand on est à la place de l’invité.

Des adultes heureux

Des études montrent que les adultes heureux ont souvent eu une enfance au cours de laquelle ils ont appris à contribuer aux charges et à être reconnaissants! Et quand on y réfléchit un peu, c’est logique! Les enfants qui apprennent à cuisiner, aspirer, ranger, repasser… arrivent bien armés à l’âge adulte. A force de s’y être entraînés, ils trouvent ces activités banales et peuvent même les faire avec plaisir, contrairement aux jeunes adultes qui se retrouvent tout à coup seul à devoir tout gérer, tout apprendre!

Pour aller un pas plus loin

Besoin d’aide?

Faites un bilan avec Marie-Berthe Ranwet, psychologue. Pour voir comment cela se passe, suivez ce lien

Cet article vous a aidé? Aidez-nous à le diffuser!

N’hésitez pas à envoyer le lien par mail ou à le partager sur les réseaux sociaux!

A propos de l'auteur:

Marie-Berthe Ranwet

Régente en mathématique, licenciée en psycho-pédagogie, psychologue clinicienne, sophrologue, auteur de « Victimes d’amour : Après tout ce que j’ai fait pour toi », paru chez Mardaga et de « Stop à l'ingratitude des enfants, conjoints, amis... et à la nôtre ". Pour acheter ce dernier, il suffit de verser 18€50 sur le compte de l'ASBL Réfl'Actions BE70 6528 2741 4025 - Bic: HBKA BE22 avec en communication l'adresse complète de livraison. Vous pouvez aussi soutenir ce site en versant la somme de votre choix sur ce même compte.

Laisser un commentaire