Comment savoir si j’ai vraiment besoin de consulter un psy ?

Comment savoir si j’ai vraiment besoin de consulter un psy ? 

Mon conjoint, mes amis, mes parents… me conseillent de consulter un psy.  Comment savoir j’en ai vraiment besoin?

Envie de mieux se connaître

Dans certains milieux et certaines cultures, il est de bon ton d’avoir son psy et de faire un travail d’introspection sans autre raison que celle d’apprendre à se connaître. N’y avez-vous jamais été invité par un de vos proches? La démarche de consulter est pour certains toute naturelle, et ils n’attendent pas d’en ressentir le besoin pour débuter une thérapie et conseiller à leurs proches d’en faire autant.

« Mon amie me parle tout le temps de son psy et de sa thérapie.  Finalement, je me suis dit, pourquoi pas moi », raconte Axelle au cours de son premier entretien. Sa démarche répond à une envie de comprendre ce qui se passe en elle, d’où elle vient… plus qu’à un réel besoin. Elle ne souffre pas particulièrement. En cherchant se qui se cachait derrière sa demande et les autres réponses possibles, Axelle a compris sa motivation profonde en consultant et elle a finalement choisi une autre voie. Elle est sortie de son entretien enchantée, rayonnante d’énergie, des projets plein la tête, avec une envie de vivre pleinement sa vie.

Cette banalisation de la consultation chez un psy est de plus en plus fréquente chez nous, surtout dans les villes et auprès des femmes. Et pourtant, elle n’est pas sans risque. Si vous faites cette démarche, soyez vigilant dans le choix du psy qui vous accompagnera dans ce voyage intérieur!

Quand il n’y a pas d’autre issue!

Il reste encore de nombreux milieux où « aller voir quelqu’un » ne va pas de soi et fait même parfois peur, non sans raison, c’est vrai. On s’y décide quand on ne voit vraiment pas d’autres issues et gêné, on ne le crie pas sur tous les toits.

Pour certains, consulter un psy, c’est avouer qu’on ne va pas bien et qu’on n’arrive pas à gérer sa vie seul. Ils se sentent humiliés de devoir s’en remettre à l’avis d’un spécialiste.

« J’ai l’impression que ce sont des détails qui empoisonnent ma vie », témoigne Hervé, fonctionnaire. « Je n’ai pas vraiment de raison de ne pas être bien, je suis en bonne santé, mes proches aussi, j’ai un travail, une belle maison, des enfants charmants, il ne me manque rien. Je ne vais quand même pas aller me plaindre près d’un psy, il a d’autres choses à faire que de m’écouter. »

D’autres ont vu certains de leurs proches qui avaient du mal de s’en sortir malgré l’accompagnement des spécialistes. Ils ont des doutes sur l’efficacité des psychothérapies. Alors qu’ils ne vont pas bien depuis des mois ou des années, ils reportent la demande d’aide psychologique le plus tard possible. Ils ne consultent que lorsqu’ils sont mis au pied du mur.

« Je viens pour sauver mon couple », dit Alain.  « Ma femme est partie habiter chez une amie. Elle m’a dit que si je ne me faisais pas soigner, elle ne reviendrait pas », Quant à Etienne, il consulte parce que son médecin traitant refuse de prolonger son certificat médical sans l’avis d’un psy et il ne se sent pas capable de surmonter ses angoisses pour retourner au travail.

J’aurais dû consulter plus tôt

Et puis il y a ceux qui, soulagés après la première séance, avouent que s’ils avaient su, ils seraient venus plus tôt.

« J’avais peur que cela soit très long et d’être pris dans un engrenage », dit Eric. « Je ne pensais pas que cela pourrait me faire du bien aussi vite. » « Je craignais que ce soit plus grave et qu’il faille à nouveau remuer tout mon passé », dit Ingrid.  « Je n’ai plus envie d’en parler, pour moi, c’est réglé. Si j’avais su que ce n’est pas obligatoire de replonger dans mon enfance, je serais venue il y a deux ans».

D’autres portes de sortie

Enfin, n’oublions pas tous ceux qui traversent  les différentes épreuves de la vie sans jamais consulter. Ils font du sport, trouvent du réconfort auprès d’un proche, élargissent leur réseau social, démarrent de nouveaux projets…  et ils s’en sortent parfois aussi bien, si pas mieux, que certains autres qui s’embourbent dans des thérapies sans fin.

A chacun de trouver son chemin. Nombreux sont ceux qui cherchent à s’en sortir au maximum tout seul et qui n’acceptent de consulter que ponctuellement, avec une demande précise. Ils ne s’y retrouvent pas toujours dans l’amas d’informations plus ou moins contradictoires auxquelles ils ont accès. C’est entre autre pour eux que j’ai fondé le blog Réfl’Actions. Je suis convaincue que les mots justes au bon moment peuvent changer votre vie… mais que d’autres peuvent vous détruire.

Quand, pour qui et pour quoi consulter?

Pour la plupart des difficultés psychologiques auxquelles nous sommes tous confrontés, nous les humains, ce n’est pas nécessaire de vous engager dans une longue démarche thérapeutique qui va s’étirer dans le temps.

Par contre, cela peut être très utile de consulter une personne qui vous aide à mettre de l’ordre dans vos idées, en vous donnant des grilles de lecture et des repères clairs et en mettant en évidence vos croyances erronées et pathogènes. Si c’est ainsi que vous entendez le mot consulter, je vous dirais qu’il vaut mieux consulter trop tôt que trop tard. Un simple entretien (même par téléphone ou échanges de mails) vous permet souvent d’éviter de longues semaines de ruminations, de découragements, d’erreurs dans vos relations ou au travail.

Si vous êtes seul et que vous ne pouvez parler à personne de ce que vous vivez, ou si ceux à qui vous en parlez ne savent plus vous aider, si vous ne voyez pas clair dans votre situation et si les réponses que vous trouvez ou que vos proches vous donnent ne vous aident pas, consultez. Mais n’oubliez pas que tous les psys ne se valent pas. Ils ne travaillent pas tous de la même façon. Ils ne répondent pas tous aux mêmes demandes ni aux mêmes besoins. Choisissez-le en fonction du type de regard que vous souhaiteriez trouver et du type de travail que vous souhaitez faire.  Prenez le temps de bien le choisir!

C’est parfois un de vos proches qui insiste pour que vous consultiez. Il ajoute parfois que vous devez le faire pour vous. Contrairement à de nombreux psys, je ne suis pas d’accord. Vous pouvez consulter pour rassurer ou comprendre un de vos proches, pour trouver les moyens de mieux communiquer avec lui. Faire un travail sur soi, pour soi n’a pas toujours de sens! Vous ne serez jamais parfait. Vous n’aurez jamais fini d’essayer de correspondre aux standards de l’homme épanoui, heureux!Par contre, vous pouvez apprendre une ou l’autre compétence nécessaire pour rendre une de vos relations plus constructive.

Si c’est pour un autre que vous consultez, pourquoi ne l’inviteriez pas à venir avec vous, pour qu’il puisse exprimer ses griefs? Si vous consultez ensemble, chacun pourra exprimer plus clairement ses attentes et ses frustrations, ses forces et ses limites.

NOUVEAU!

Besoin de calme, de se retrouver? Seul, en couple ou en famille, séjour nature-thérapie à Brûly-de-Pesche, petit village touristique belge, à la frontière française

PsyEfficace, une autre manière d’aborder l’aide psychologique!

Comme les autres psychologues, je ne suis pas compétente pour répondre à toutes les demandes. Ma spécificité, c’est le travail en première ligne: différencier le pathologique de ce qui est normal et humain, donner des outils pour comprendre la dynamique relationnelle dans laquelle vous êtes. Ce bilan peut se faire au cours d’une rencontre de deux heures à Couvin entre Chimay, Rocroi et Philippeville, mais aussi par mails ou par téléphone.

Mon parcours personnel et tout ce que j’ai pu observer depuis des années me conduisent à mettre en garde contre les abus!  Personnellement, mon objectif premier est de vous donner les outils pour que vous puissiez rester autonome! C’est aussi ma force, ce qui donne un  sens à mon travail.

Pour plus d’infos:  Comment se déroule une thérapie avec moi? et les Tarifs.

Un article vous semble particulièrement efficace? Envoyez le lien à vos amis (bouton envoyer)! Partagez-le sur les réseaux sociaux! Vous participez de la sorte activement aux changements!   Car il suffit parfois de si peu! Une autre perception des choses peut changer la vie!

Etes-vous déjà fan de notre page facebook ?

Merci pour vos commentaires et témoignages, sur le site ou en message privé.

A propos de l'auteur:

Marie-Berthe Ranwet

Régente en mathématique, licenciée en psycho-pédagogie, sophrologue, auteur de « Victimes d’amour : Après tout ce que j’ai fait pour toi », paru chez Mardaga et de « Stop à l'ingratitude des enfants, conjoints, amis... et à la nôtre ". Pour acheter ce dernier, il suffit de verser 18€50 sur le compte de l'ASBL Réfl'Actions BE70 6528 2741 4025 - Bic: HBKA BE22 avec en communication l'adresse complète de livraison. Vous pouvez aussi soutenir ce site en versant la somme de votre choix sur ce même compte.

Laisser un commentaire

Donec facilisis eleifend elit. ut tristique