Comment te faire confiance ou gagner ta confiance?

  • confiance

Comment te faire confiance ou gagner ta confiance?

Chaque jour, nous sommes amenés à faire confiance non seulement à nos proches mais aussi à de parfaits inconnus : les automobilistes que je croise sur la route, le chauffeur de bus, mon banquier, le boulanger qui a préparé mon pain, les personnes qui ont fabriqué les objets que j’achète, la nourriture que je consomme… Pour pouvoir travailler, gagner ma vie, me nourrir et me protéger des aléas de la vie, j’ai besoin aussi qu’on me fasse confiance.

La confiance est donc vitale, pour nous, les humains. Nous avons donc tous cette capacité de faire confiance ou de la gagner.

Faire confiance ou gagner la confiance: des compétences humaines innées

En tant qu’être sociaux, nous sommes capables de faire confiance de manière plus ou moins automatique et instinctive. Ce n’est qu’avec les leçons de la vie que nous perdons petit à petit cette capacité, lorsque notre confiance a été trop souvent trahie, quand par exemple:

  • J’apprends avec effroi de quoi les animaux que nous mangeons sont nourris;
  • Un automobiliste ivre a renversé un proche, un autre m’a coupé la priorité de droite, provoquant un accident d’où je suis sorti avec des séquelles que je garderai toute ma vie;
  • Un ex-conjoint m’a trompé plusieurs mois sans que je m’en rende compte;
  • Un fonctionnaire n’a pas rentré un dossier à temps… ce qui m’a mis dans une situation financière difficile à vivre;
  • Mon fils sortait la nuit et se droguait derrière mon dos;
  • Mon père est devenu alcoolique et s’est complètement détruit. Malgré les dégâts occasionnés au cours de ses crises de boisson, il continuait…
  • Un entrepreneur est parti avec mon acompte et n’a jamais fait les travaux;

Plus les personnes sont proches, plus les trahisons peuvent être énormes et douloureuses. Au fil des expériences, nous apprenons à mesurer notre confiance, à être moins naïfs! Nous devenons plus prudents et… méfiants.

A qui allons-nous donner notre confiance et à quelles conditions ?  

Est-ce prudent d’avoir une confiance aveugle dans l’ami à qui je me confie et pour qui je peux mouiller ma chemise et prendre des risques ? Ou dans la personne avec qui je vais construire un foyer, une famille, avec qui je vais tout partager, du compte en banque aux secrets les plus intimes… ? Tous les jours, on entend tellement d’histoires atroces de ce qu’un(e) ami(e) ou conjoint malhonnête, pervers ou narcissique est capable de faire ! Les Romains disaient déjà : « L’homme est un loup pour l’homme » ! Certains se déguisent tellement bien qu' »on leur donnerait le bon dieu sans confession« !

Plus l’enjeu de la relation est élevé, plus on va se découvrir et s’engager dans une relation, plus l’intimité… et les risques sont grands. C’est normal, dès lors, d’être un peu méfiant au départ et d’avoir le cœur qui bat la chamade quand on observe chez l’autre des comportements ambigus : il cache son téléphone, il est souvent en train de discuter sur internet, il a tendance à boire un peu plus que de raison… Normal et sain cette envie de jeter un œil sur le SMS qui vient d’arriver, ou de lire les conversations en ligne lorsqu’un compte n’a pas été bien fermé.  Nous avons besoin de fonder notre confiance sur des faits objectifs, et non sur des paroles ou des promesses.

Si vous vous êtes déjà épuisé dans des relations à donner le maximum de vous-mêmes à des personnes qui ont continué à se détruire et à faire du mal autour d’elles, vous resterez sans doute plus vigilant… Vous serez plus vite prêt à vous désengager si l’autre ne tient pas ses engagements. Vous vous laisserez de moins en moins vite entraîner dans le « sauvetage » d’un alcoolique ou d’une personne qui se pose sans cesse en victime. Vous apprendrez à éviter toute relation avec les personnes immatures, avec les adultes-enfants, avec les pervers, les narcissiques et les manipulateurs.

Les bienfaits d’une certaine méfiance!

La confiance que l’on donne à l’autre n’est jamais totale. Et c’est très bien ainsi. Personne n’est à l’abri de tomber dans une dépendance destructrice à la drogue, aux médicaments, au travail, aux jeux, à une personne toxique… Les proches qui ne sont pas naïfs et n’ont pas une confiance absolue ouvrent les yeux assez tôt pour rappeler leurs limites et nourrir la relation. Ils sont en général les premiers à tirer la sonnette d’alarme. C’est le mari qui s’inquiète de voir sa femme chatter toujours avec le même ami et qui le lui fait remarquer. C’est le parent qui se met à surveiller de plus près l’adolescent, ses fréquentations, les odeurs dans sa chambre… C’est celui qui refuse de monter dans la voiture à côté de l’ami qui a trop bu pour être capable de conduire… Tous ils  perçoivent quelque chose dont leur proche n’est sans doute pas encore conscient: la possibilité d’être attiré dans une relation toxique et destructrice, la perte de contact avec la réalité dans l’état d’ivresse…

Que faire alors de ce sentiment de méfiance ?

Ce sentiment de méfiance est utile. Tenons-en compte et agissons comme il nous semble bon de le faire. Nous pouvons par exemple:

  • Le partager. Informer l’autre des dangers perçus.
  • Remettre nos limites personnelles pour nous protéger nous.
  • Prendre conscience de l’importance de nos relations et les nourrir… Rallumer la flamme, sortir de la routine, nous rapprocher de ceux que nous aimons…

Celui qui voit son ami qui commence à boire plus que de raison et qui ose le lui dire et mettre ses limites lui permet aussi de prendre conscience de la pente glissante sur laquelle il vient de s’engager. S’il n’est pas trop tard, la peur de perdre l’amitié l’aidera à mettre des limites dans sa consommation de boissons alcoolisées.

La personne qui, par son comportement, a attisé la jalousie de l’autre, peut se rendre compte qu’il est en train de chercher ailleurs ce qu’il ne trouve plus près de son conjoint au lieu de se battre pour son couple et de continuer à s’engager activement dans la relation.

Comment peut-on mériter la confiance?

Pour mériter la confiance de nos proches, nous sommes capables de nous dépasser et d’atteindre des sommets… En général, ce n’est pas difficile. Si nous respectons nos proches, si nous sommes attentifs à leurs besoins, la confiance s’installe rapidement… normalement! Malheureusement, il y a des personnes qui ne me font jamais confiance, quoi que je fasse. Je m’épuise à leur prouver que je ne suis pas la personne qu’ils imaginent, que je ne suis pas comme la mère, le père, le conjoint, l’ami.. qui les a abusés. Nous pouvons observer deux types de raisons pour lesquelles ces personnes sont méfiantes.

  • Elles se sont construit des filtres trop puissants suite à des expériences passées.
  • Elles utilisent le besoin de gagner la confiance de leur proche pour les manipuler et obtenir le maximum d’eux.

Celles qui se sont construit des filtres un peu trop puissants peuvent apprendre à se fier aux faits et à refaire petit à petit confiance. Les autres continueront à se poser en victimes et à ne rien faire pour apprendre la confiance.

Développer des relations de confiance

Comment développer notre capacité de faire confiance et notre capacité de gagner la confiance ? Comment reconnaître les personnes avec qui ont peut soit accorder  soit gagner de la confiance ? C’est le travail de toute une vie. Et cet article a été écrit pour vous y aider.

Toutefois, après des expériences difficiles ou dans des relations plus compliquées, on a parfois besoin d’un regard extérieur pour voir clair ! Si c’est votre cas, je vous propose des bilans relationnels au cours desquels vous pourrez comprendre votre dynamique relationnelle et les biens-fondés des méfiances (les vôtres ou celles de vos proches) qui vous font souffrir.

Avant de crier au pathologique, avant de traiter l’autre de malade et de l’envoyer consulter pour se faire soigner, il s’agit juste de voir le sens des défiances au cœur de nos relations.

Cet article est une réponse aux questions qui me sont souvent posées concernant la confiance. N’hésitez pas à me donner votre avis. Si vous n’aimez pas laisser de trace sur le site, vous pouvez envoyer un petit mot par mail. Je tiens compte de vos questions et remarques pour faire évoluer ce blog. Mon but: vous donner un maximum d’informations pour que vous puissiez avancer de manière autonome ou uniquement avec des aides ponctuelles et brèves, parce que bien préparées.

Construire un couple qui dure, une famille heureuse

Si vous êtes en recherche d’outils pour consolider votre couple et la relation avec vos enfants, vous apprécierez sans doute l’article « Il faut qu’on parle » dans lequel vous trouverez des liens qui vous permettront d’approfondir vos relations.

Approfondir ce thème

A propos de l'auteur:

Marie-Berthe Ranwet

Régente en mathématique, licenciée en psycho-pédagogie, sophrologue, auteur de « Victimes d’amour : Après tout ce que j’ai fait pour toi », paru chez Mardaga et de « Stop à l'ingratitude des enfants, conjoints, amis... et à la nôtre ". Pour acheter ce dernier, il suffit de verser 18€50 sur le compte de l'ASBL Réfl'Actions BE70 6528 2741 4025 - Bic: HBKA BE22 avec en communication l'adresse complète de livraison. Vous pouvez aussi soutenir ce site en versant la somme de votre choix sur ce même compte.

Laisser un commentaire

dictum sem, fringilla non Donec dolor vel,